print preview

La santé mentale dans le sport d’élite

Dans le cadre d’un grand projet de recherche financé par le Fonds national suisse FNS, la HEFSM étudie les facteurs qui conditionnent et améliorent la santé mentale des sportifs et sportives d’élite suisse. Ce projet, qui relève de la psychologie appliquée, comprendra six études et s’intitule Understanding and promoting mental health of competitive athletes. Il débutera en 2022 pour une durée de trois ans et permettra de consolider l’expertise de la HEFSM dans le domaine de la santé mentale dans le sport d’élite.

shutterstock_259872872_bearb2
© Shutterstock, Emerald_Media

Le projet de recherche vise à étendre les connaissances sur la santé mentale des sportifs et sportives d’élite en Suisse. Il se concentre notamment sur le passage de la relève au niveau élite et en particulier sur les facteurs qui conditionnent la santé mentale des jeunes durant cette phase.

Contexte et origine du projet

La santé mentale n’est pas seulement l’absence de troubles psychiatriques, elle désigne aussi simplement le bien-être. Des résultats de recherche récents permettent d’affirmer que les sportifs et sportives d’élite souffrent des mêmes problèmes psychiques que les personnes qui ne pratiquent pas de sport au niveau élite, voire qu’ils en souffrent plus souvent. Les athlètes font face aux mêmes difficultés que tout un chacun mais ils sont en plus confrontés aux conflits entre le sport et les autres domaines de la vie, de même qu’aux facteurs de stress propres à la pratique de leur sport (p. ex. blessures, carrière, compétitions, etc.) En outre, il arrive que des sportifs et sportives soient engagés dans une démarche perfectionniste à l’effet délétère, ce qui accroît les risques de troubles mentaux. Ce projet vise à combler les lacunes de recherche dans ce domaine.

Six études d’ici à 2024

  • La première phase servira à établir des connaissances de base: la première étude se concentrera sur quatre problèmes de santé mentale courants (la dépression, les troubles anxieux et les troubles du sommeil et de l’alimentation) et sur le bien-être au sein d’un échantillon représentatif de sportifs et sportives d’élite suisses. La suivante aura pour objectif de déterminer quelles mesures les fédérations sportives prennent pour promouvoir la santé mentale et d’examiner le regard qu’elles portent sur ce type de mesures.
  • Sur la base de ces données, deux études s’intéresseront au passage de la relève au niveau élite: la première aura pour objectif de déterminer les facteurs d’influence sur la santé mentale qui sont à l’œuvre dans cette phase de vie tandis que la seconde développera une intervention en ligne et évaluera ses effets sur l’amélioration de la santé mentale au cours de cette transition.
  • Les deux études conclusives se concentreront sur les incidents ou phases difficiles de la vie des sportifs et sportives qui peuvent influencer leur santé mentale. Une étude déterminera les éléments qui conditionnent la santé mentale lors d’un processus de rééducation suite à une blessure. L’autre posera la question de savoir si une intervention en ligne permet d’améliorer la santé mentale des sportifs et sportives d’élite avant de grandes manifestations.

Théorie et pratique

Le dispositif «Practice-to-Science» du FNS s’adresse aux collaborateurs et collaboratrices des hautes écoles disposant d’une expérience avant tout pratique et les aide à se tourner vers la recherche. Le projet est dirigé par Philipp Röthlin, collaborateur scientifique du groupe Psychologie du sport à la HEFSM.

Les résultats de ces six études bénéficieront au système sportif: des recommandations devraient être élaborées à l’attention des fédérations afin de les aider à promouvoir au mieux la santé mentale des athlètes. Différents outils seront développés pour permettre aux entraîneurs et aux psychologues du sport de soutenir leurs protégé-e-s, notamment dans les phases de vulnérabilité. De plus, les athlètes auront accès à des interventions en ligne validées. Les résultats de ces études seront mis au service du système sportif également pas le biais des filières de la HEFSM et de la Formation des entraîneurs Suisse. Enfin, ils profiteront aussi au sport de loisirs grâce aux cours de Jeunesse+Sport.